top of page

FCM47 - Résumé du plateau U6/U7 à Marmande


Retour sur le plateau U6/U7 qui s'est déroulé ce samedi 25 février à Marmande en présence des clubs de Beaupuy, du Mas, de Casteljaloux et de Marcellus avec le résumé de Sébastien Monglun.


N’allez pas chercher là une nouvelle combinaison du fameux jeu de société de la « bataille navale ».

Ici, pas de « navire adverse », de « porte-avion », de « croiseur ou torpilleur ». Alors me direz –vous, quelle est donc cette signification ? Ce U signifie Under en sport et plus particulièrement en football pour préciser une catégorie sportive.

Autrement dit la catégorie – de 7 ans ! et pourtant à y réfléchir, la « bataille navale » comme le football sont des jeux de stratégie.


Samedi, c’est la plaine de jeu de Michelon qui servait non pas de théâtre mais donc « d’océan de jeu ». Ce ne sont pas moins de 13 formations qui avaient rendez-vous (3 équipes de Marcellus, 3 équipes du Mas, 1 équipe de Beaupuy, 2 équipes de Casteljaloux et 4 équipes du FCM 47).

De « bâbord » à « tribord », six terrains étaient balisés. Selon « l’échelle de Beaufort », le vent était quasiment nul et les conditions meilleures à celles de ces derniers temps. Pas de « houle » à déplorer.




Chaque formation « prenait le large », le plateau débutait par le « ballon magique », une animation obligatoire mise en place cette saison par la Direction Technique Nationale. S’il y a bien un point commun entre le « milieu marin » et le foot des petits, c’est « le nœud » ! Qu’il soit « de Cabestan », « de Chaise » ou encore « de Taquet », il a fallu une fois de plus ce samedi matin s’attacher à refaire les lacets.


Sur les terrains, « les vagues » de matches se succèdent, quelques « torpilles » fusent ne trouvant pas toujours la cible escomptée. Parfois, « ça tangue », le « timonier » cherche à « tenir la barre ». Les rencontres continuent. Pour certains, c’est l’occasion de marquer le premier but, d’autres récidivent. De façon spontanée, le buteur court et l’équipe lui court derrière jusqu’à déborder sur les limites du terrain.


« La bataille » se termine, les enfants comme les parents sont « touchés » par les émotions que procure le football et les conditions dans les lesquelles la matinée s’est déroulée. « Touché oui mais pas coulé »

Comments


ACTUALITÉ
ARCHIVES
bottom of page