Interview de Marouane Chamakh :"Marmande a été un tremplin qui m'a permis de réaliser mon rêve"


Marouane Chamakh au club house du Stade Michelon à Marmande (Crédit : FC MARMANDE 47)

L'ancien international Marocain et joueur professionnel des Girondins de Bordeaux et d'Arsenal notamment était de passage dans la cité de la Tomate ce mardi 24 mai 2022. Un retour aux sources pour Marouane Chamakh, lot-et-garonnais d'origine et qui fut repéré par les Girondins lorsque qu'il joua au FC Marmande 47 en moins de 15ans avant de connaître la carrière que nous lui connaissons et ce fameux titre de champion de France avec Bordeaux en 2009. Un moment nostalgique pour Marouane qui souhaite avant tout transmettre des valeurs et parler de son expérience du football aux jeunes générations. Après avoir été échanger avec les élèves de la section sportives scolaire du Lycée Val de Garonne, Marouane a accepté de répondre à nos questions en toute simplicité et sincérité.



Marouane Chamakh avec les élèves de la Section Sportive Scolaire du lycée VDG

Bienvenue Marouane, le club du FC Marmande 47 est très heureux de te revoir ici à Marmande après toutes ces années. Parles nous un peu de toi, comment vas-tu et qu'est-ce que ça fait de revenir ici ?


M.C : "Je vais très bien merci. ça fait vraiment plaisir de revenir ici à Marmande, mon dernier club avant de rejoindre les Girondins de Bordeaux. Ca me rend nostalgique et ça me rappelle de supers souvenirs parce que ici j'ai passé une saison qui qui a été riche en émotions et qui m'a permis d'acquérir certaines valeurs très importantes. C'était en catégorie moins de 15ans, cette année là nous avions créé un groupe avec un réel état d'esprit qui nous avait permis de performer sur de nombreux tournois ainsi qu'en championnat, j'ai souvenir d'avoir également remporté une coupe cette année là. C'est probablement le meilleur club dans ma jeunesse car c'est celui qui a été un tremplin pour que je puisse rejoindre mon club de cœur, les Girondins de Bordeaux avec lequel j'ai réalisé mon rêve, celui d'être champion avec les Girondins puis d'intégrer la sélection nationale Marocaine et enfin de rejoindre le championnat Anglais dans un club comme Arsenal, le club de Henry, Bergkamp... j'ai joué avec une génération exceptionnelle, Van Persie, Fabregas, Nasri, Song, Walcott, Rosicky, Arshavine et j'en passe... Marmande c'est un peu le point de départ de tout ça".


Tu es originaire du Lot-et-Garonne, tu as un lien particulier ici ?

M.C : "Bien-sûr, le Lot-et-Garonne c'est toute ma vie ! Je suis né ici, je suis un pur produit du terroir. J'ai fait 3 clubs qui couvre pratiquement tout le département : Aiguillon, Nérac et Marmande. Sincèrement, c'est un département qui m'a inculqué beaucoup de valeurs et que j'essaie encore aujourd'hui de transmettre autour de moi. J'ai beaucoup travaillé, fait beaucoup de sacrifices entre mes 10ans et mes 15ans. Revenir là pour parler de mon parcours et notamment de ces années qui sont particulières, et bien c'est que du bonheur. Je suis motivé à faire passer un message, des valeurs acquises ici même, dans ces vestiaires, sur ce terrain..."



Tu t'investis auprès des jeunes footballeurs mais aussi beaucoup dans le milieu associatif...

M.C : "J'ai arrêté le football il y a 5ans. J'ai été préoccupé par la maladie de ma fille. Avec l'association les Comètes, nous sommes en train de créer une structure à Agen pour accompagner les enfants atteints de la même maladie. Je suis croyant et dans l'esprit j'essaie de rendre ce que l'on m'a donné. Nous sommes partis de rien à la base et c'est une véritable fierté de voir ce projet aboutir. Il y a un événement le 4 juin prochain pour présenter la future rentrée scolaire en Septembre, présenter le projet, le travail mené depuis 2 ans dont tout le mérite revient à la Présidente Karima. C'est en dehors du football mais j'avais à cœur de le faire ici dans le Lot-et-Garonne et de m'investir dans cette cause. J'aide à ma façon, je suis ému juste à l'idée de penser que nous avons réussi à avoir une licence pour ouvrir cette école. Nous sommes accompagnés par les collectivités et les services de l'Etat. Je ne recherche aucune reconnaissance, simplement le bonheur de voir des enfants sourires".


Pour revenir au football, as-tu une anecdote à nous raconter sur ton année passée ici au FC Marmande 47 ?

M.C : "Alors oui j'ai une anecdote (rires). On joue la demi-finale du championnat régional, c'était à Libourne, il me semble que c'était contre Cenon... Le rendez-vous pour partir était fixé à 14h00 et je sais pas pourquoi ce jour-là, je n'ai pas vu le temps passé et je n'ai pas pu me rendre à l'heure pour partir. J'ai finalement fait du stop pour aller jusqu'à Marmande, l'équipe était déjà partie le match était à 17h il me semble. L'anecdote c'est que quand je suis arrivé à Marmande, on m'avait mis une voiture à disposition pour que je puisse rejoindre le groupe, quelqu'un m'attendait. Nous sommes partis directement à Libourne et j'arrive à la mi-temps du match, on perd 1-0, je rentre en jeu après la pause et finalement j'inscris un doublé qui nous permet de remporter le match et de nous qualifier pour la finale que nous remporterons par la suite. Ce moment-là restera mémorable. Cette année là on finit premier, nous avions créé quelque chose de particulier. Marmande ça a été pour moi une vitrine exceptionnelle qui m'a permis d'être repéré et contacté par les Girondins".


Dans tes projets futurs, l'hypothèse de te revoir intégrer une structure amateur dans le football est quelque chose que tu envisages ?

M.C : "Bien-sûr que dans ma tête c'est quelque chose d'envisageable. Commencer par le monde amateur est quelque chose qui ne peut être que bénéfique pour apprendre, s'améliorer. On retrouve des valeurs sincères dans le football amateur et je pense qu'il n'y a pas meilleur démarrage si l'on souhaite reprendre du service dans le football".


Quel est ton projet actuel ? Que souhaites-tu transmettre ?

M.C : "Aujourd'hui c'est de revenir dans un rôle de messager pour faire passer des conseils aux jeunes. Je ne souhaite aucun rôle officiel, seulement pouvoir partager mon expérience avec les jeunes, les bons moments comme les galères, véhiculer les valeurs acquisses tout au long de mon parcours et en particulier quand j'étais à leur place ici au même âge".


Propos recueillis par Tomy Rigouleau








ACTUALITÉ
ARCHIVES