Jean-Yves Cuomo : "C'est important que les jeunes prennent du plaisir en jouant au football"


Jean-Yves Cuomo sur le banc avec des éducateurs et le RTJ du FCM47 lors d'un match de détection.

Jean-Yves Cuomo, directeur et conseiller technique du FCM47 depuis l'année dernière, s'est confié sur le projet du club et revient sur la saison du FCM47 ainsi que celle à venir.


Conseiller technique à la Ligue de Football de Nouvelle Aquitaine pendant plus de 25 ans, Jean-Yves Cuomo avait exercé en tant qu'éducateur au FC Pau au sein des équipes jeunes puis séniors avant d'être nommé responsable de la formation des jeunes. Il avait ensuite occupé le poste d'entraîneur du côté de la Ligue Rhône-Alpes dans une équipe régionale pendant deux ans avant de prendre la tête de l'équipe N3 de Langon-Castets dans la région. Arrivé comme conseiller technique au sein de la Ligue de Football de Nouvelle Aquitaine, il a travaillé au niveau des districts de la Gironde avant d'être responsable de l'équipe technique pour travailler sur la formation des éducateurs ainsi que sur les détections et sélections entre autres. En parallèle, Jean-Yves faisait partie du staff de l'Equipe de France Féminines U19/U20 et était chargé de l'observation des équipes adverses sur les compétition internationales. Sur ces dernières années à la Ligue de Football Nouvelle Aquitaine, il était responsable du PPF (Parcours de Performance Fédéral).


Bonjour Jean-Yves, de manière générale, quel bilan dresses-tu de la saison dernière ?


J-Y.C : "Je dirais qu'il est positif dans la mesure où les équipes jeunes ont bien figuré dans leur championnat respectif avec des oppositions solides puisque toutes nos équipes évoluent en R1. L'investissement des éducateurs du club auprès des jeunes a été également très positif, nous avons pu voir beaucoup de dynamisme à ce niveau là. Du point de vue de la gestion des effectifs, nous avons eu quelques difficultés puisque nous avons une équipe par catégorie et le club s'avère attractif, il y a beaucoup de joueurs et de nombreuses demandes pour intégrer le club. C'est quelque chose sur lequel nous devons nous pencher mais pour l'instant c'est difficile d'envisager un dédoublement pour chaque catégorie car cela représente un encadrement plus conséquent et des équipements en plus".




Jean-Yves Cumo (en orange) donnant des conseils au cours d'une observation d'un match.

Comment s'est passée ton arrivée au club l'année dernière et quel projet de jeu souhaites-tu mettre en place ?


J-Y.C : "Je suis arrivé en début de saison, j'ai choisi dans un premier temps d'être dans l'observation, de voir comment ça se passait, les techniques de travail à l'entraînement, etc. Ensuite, nous avons organisé plusieurs réunions techniques avec l'ensemble des éducateurs afin de bâtir un projet. Ce projet de jeu c'est d'abord une identité club forte avec une cohérence sur les idées de jeu et la philosophie d'entraînement pour toutes les catégories d'âge. L'idée c'est un projet de jeu commun, une philosophie de vie commune adaptée en fonction de chaque catégorie mais qui a l'ambition de créer une formation cohérente tout au long des années de formation pour un jeune footballeur. Cette année, nous avons bien travaillé mais nous devons encore nous améliorer. Il y a une philosophie que j'aimerai intégrer, celle de rendre le joueur ou la joueuse autonome dans sa capacité à jouer. Pour cela, il ne suffit pas de "faire faire" mais de "faire comprendre", donner du sens pour le jeune joueur qui applique les consignes à l'entraînement. Prenons un exemple : un éducateur dit à son équipe "prenez la largeur", il a raison mais si les joueurs ne comprennent pas pourquoi il faut prendre la largeur, alors il n'y aura pas de progrès. Notre mission c'est de faire en sorte que tout le monde s'imprègne de cette philosophie. Le deuxième objectif à atteindre sera de créer une véritable équipe d'éducateurs qui travaillent ensemble peu importe les catégories. Cet esprit collectif vaut pour les joueurs et joueuses. Dans un monde qui a tendance à être de plus en plus individualiste, certains réflexes collectifs peuvent se perdre".


Quels outils justement pour arriver à mettre en place ce projet ?


J-Y.C : "Cette année, le club s'est équipé d'un matériel vidéo important que l'on peut utiliser à l'entraînement ou en match. C'est un outil performant qui est à disposition des éducateurs. Cela permet d'analyser ce qu'il se passe sur un terrain à travers des séquences spécifiques. Par exemple, un joueur qui attaque doit faire des choix qu'il ait le ballon ou non. C'est sa compréhension du jeu et de ce qu'il se passe sur le terrain qui va influencer son choix. Notre mission c'est justement de lui donner une boîte à outil, de lui faire comprendre ce qu'il se passe autour de lui pour qu'il puisse prendre le meilleur choix pour lui et son équipe. On a commencé à travailler cela, on ne part pas de zéro et du travail avait déjà été fait avant. Nous avons aussi les Sections Sportives scolaires qui participent à cet apprentissage de la vie en société avec les autres, à développer le sens collectif. Nous avons vu de beaux matchs de football chez nos jeunes cette année, je pense que l'on peut encore optimiser tout cela, en tout cas ça va être mon rôle au club. Grâce à la qualité du jeu, nous allons donner envie aux gens de venir au club et cela permettra aux jeunes de prendre du plaisir mais aussi aux éducateurs pour l'encadrement de leur groupe".

Comment le projet va t-il s'articuler par rapport à cette nouvelle saison 2022/2023 ?



J-Y.C : "Pour cette nouvelle saison, nous allons articuler le projet autour de trois pôles : un pôle préformation avec un groupe de travail U13/U14/U15, un pôle formation U16/U17/U18 et un pôle féminin U13/U15/U18. Par rapport au football féminin, il y a une certaine dynamique au niveau des équipes jeunes, notre objectif sera que ce pôle prenne plus d'ampleur dans les années à venir. Ensuite il conviendra d'organiser des séances et des réunions de travail commun. L'idée c'est de casser cette idée de "un coach, une équipe" de manière à travailler avec davantage de cohérence. Pour le spécifique par exemple, c'est aussi permettre de faire des choses qu'on ne peut pas faire seul et notre objectif sera d'optimiser ce travail commun".




Par rapport à ton expérience et tes observations, quels sont pour toi les choses importantes pour un jeune footballeur ?


J-Y.C : "Ce qui est important c'est que les jeunes jouent au football avec plaisir. et qu'ils soient le moins possible pollués par les enjeux du football, les enjeux individuels ou encore les enjeux liés à la compétition. Aujourd'hui, les jeunes sont attirés par le foot de haut niveau. C'est bien d'avoir de l'ambition, mais encore faut-il que cela ne pèse pas sur le joueur dans le sens où ça peut engendrer du stress et un manque de spontanéité dans le jeu. Jouer en équipe, prendre du plaisir à faire partie d'un projet collectif. Ne pas utiliser le collectif pour un projet individuel. Il faut savoir que par an, seuls 2/3 joueurs arrivent à intégrer des structures professionnelles en Ligue de Football Nouvelle Aquitaine en sachant que vous avez pratiquement entre 8000 et 9000 joueurs par catégorie chaque année, soit une chance sur 8000. Plus que les statistiques individuelles, ce sont les performances collectives qui m'importent".



Comment juges-tu l'évolution du football de manière générale ?


J-Y.C : "Je dirais qu'il y a une amélioration qui est constante dans deux domaines : la vitesse et l'intensité. Il faut être capable aujourd'hui de faire les choses de plus en plus vite avec toujours plus d'intensité. Il y a presque une pression permanente là dessus. Plus le niveau s'élève, moins le jeune footballeur aura du temps pour jouer et cela demande une exécution plus rapide d'un geste technique. Forcément cette évolution entraîne elle même des évolutions dans d'autres domaines : la puissance, l'explosivité, la capacité mentale à supporter cette forme de pression. Quand on s'engage dans une activité, on s'y engage de tout son être, c'est à dire mentalement et psychologiquement. Bien sûr que l'éducateur doit se préoccuper de cela. Il faut faire attention car il y aussi des "modes". Au niveau amateur, ce qui nous intéresse c'est les bases du jeu, ne l'oublions pas".



ACTUALITÉ
ARCHIVES